18/02/2016

Rituels égyptiens et maçonniques

s4.JPGCe Midi, découverte de plusieurs rituels, rites, codes, symboles… égyptiens qui, par corollaire, m’ont mieux fait connaître la Franc-Maçonnerie dite égyptienne (Memphis-Misraïm, par exemple). Et, tout ça, en toute convivialité avec des Sœurs et Frères de diverses Obédiences. La Fraternité et la quête (permanente !) de Connaissance n’ont pas de frontières ! Quelques explications et photos :

s7.JPGPour partir dans l’Au-delà, il fallait (déjà) suivre des rituels et codes bien déterminés pour passer de l’état de mort à celui de vivant, donc à la survie…
« Rien n’était anodin et tout était réfléchi, jusqu’aux décors, dessins, inscriptions… »

Quelques questions et réponses

s8.JPG. Couleurs et matières ? Placer du bleu dans une tombe était permettre au défunt de renaître. La matière des sarcophages était, aussi « réfléchie » : bois, pierre, terre cuite… Le bleu ? C’est l’eau, la Vie.

.Pourquoi des dessins de portes sur les sarcophages ? Parce que le défunt pouvait entrer et sortir…

s9.JPG. Les textes ? Des cartes ou GPS pour atteindre l’Au-delà, avec des formules bien définies pour quand il y avait des rencontres avec des démons, des dieux (plus tard, il s’agira du « Livre des Morts »).

s10.JPG. Pourquoi des masques ? Pour protéger un élément essentiel : la tête. « Surtout, ne pas perdre la tête… »

s17.JPG. Qu’y étaient les ouchebtis ? Dans l’Au-delà, il faut aussi travailler, d’où des ouvriers (au service des nantis).

. D’autres symboles :

s20.JPG

- Les mains : ouvertes pour les femmes, fermées pour les hommes.
- Le scarabée : soleil qui se lève.
s23.JPG- La balance : épreuve pour peser le cœur du défunt. Sur un plateau : la déesse de la Justice.
s24.JPG- Lune, soleil, étoiles…

s26.JPG

s27.JPG

. Et les enfants ? Et les animaux ? Également momifiés, voire bitumés. On soignait autant les enfants que les adultes puisque leur destination était aussi l’Au-delà ! Quant aux animaux, comme des dieux apparaissaient sur la terre sous forme d’animaux, valait mieux les « soigner » !

s29.JPGs30.JPGEnfin, un constat réjouissant : un laboratoire de restauration poursuit le travail de « décryptage » et, de la sorte, retrace d’autres pans de l’Histoire ou, tout simplement, l’entretient. C’est un projet mondial !

 

"Sarcophagi", Musées d'Art et d'Histoire, Cinquantenaire-Bruxelles, jusqu'au 20 avril 2016.

17:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

J'aime beaucoup votre "expression" , qui ouvre des portes à qui en a envie. et sans vous imposer, jamais. En ce sens, un jour, j'ai dit que vous étiez un grand érudit parce que vous offrez vos connaissances, n'est-ce pas un bel engagement! . je parle en général, pas seulement à ce propos de l’Égypte .

Écrit par : Jo Pegou | 18/02/2016

Répondre à ce commentaire

Merci ! Très belle journée !

Écrit par : GUELFF | 19/02/2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.