14/10/2017

Émotion littéraire

9782258137486.jpg70.jpgÉmu et touché de plein fouet (mon passé ouvrier me revient de plus en plus à la mémoire…) par le roman de Gilles Laporte « Un parfum de fleur d’oranger » (Presses de la Cité) : « Quand un ouvrier fait d’une pierre brute une pierre cubique, quand il en polit les faces, quand il l’ajuste aux autres pièces, il œuvre pour l’éternité. Même si des fous de guerre la détruisent… »

 

14:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.